40. Voyelles antérieures : [i], [e], [ɛ], [ɛ̃], [a] et [ɑ̃]

On peut classer les voyelles en trois séries distinctes, en fonction de leur point d’articulation. La première série contient les voyelles [i], [e], [ɛ], [ɛ̃] et [a] [ɑ̃], orales à l’exception des nasales [ɛ̃] et [ɑ̃]. Ces sons partagent deux caractéristiques importantes. Leur articulation est antérieure (langue) et écartée (lèvres). Seule l’aperture de la bouche varie.

Voyelle I

E ouvert

Voyelle A

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Articulation

Première série

Langue : antérieure

Lèvres :
écartées

Oral

Bouche

[i]

très fermée

[e]

fermée

[ɛ]

ouverte

[ɛ̃]

✗(nasal)

ouverte

[a]

très ouverte

[ɑ̃]

✗(nasal)

très ouverte

 

Orthographe

Première série

Orthographes

[i]

i (isolé), î (île), ï (maïs), y (style)

[e]

é (été), ai (j’ai), ez (venez), ée (crée), ay (ayez)

[ɛ]

è (père), ei (Seine), ê (fête), ais (jouais), ès (près), e+double consonne (jette, elle,…)

[ɛ̃]

Aim (faim), ain (main), ein (sein), in (pin), en (chien), um (parfum)

[a]

a (la), à (à), oi (voiture)

[ɑ̃]

an (blanc), am (amphibie), aon (faon)

ACTIVITE 40.1
Pour cette activité, vous avez besoin d’un miroir. Vous pouvez également utilisez votre smartphone en mode « caméra ».

  • Prononcez dans l’ordre suivant : [i], [e], [ɛ], [a]. Assurez-vous que votre aperture corresponde à chaque son, de très fermé à très ouvert. Répétez l’opération cinq fois de suite.
  • Refaites l’activité dans l’ordre inverse : [a], [ɛ], [e], [i].

ACTIVITÉ 40.2
Effectuez la transcription des mots suivants :

  • ici, mime, rime, cime, crime
  • bébé, éléphant, créé, gaité, mettez
  • père, mère, cette, jette, prêtre, honnête
  • brin, crin, main, pain, daim, clin
  • sa, claque, braque, Mac, attaque

Attention: ne confondez pas la voyelle [i] et la semi-voyelle [j] :

  • chien [ʃjɛ̃]
  • mien [mjɛ̃]
  • sapiens [sa pjɛ̃s] (le s final est prononcé car il s'agit d'un mot latin)

Pour aller plus loin : le tréma

Le tréma désigne les deux points placés au-dessus d’une voyelle, comme dans ï. Il indique qu’il faut prononcer cette voyelle séparément de celle qui la précède. Le mot mais est prononcé [me], alors que maïs est prononcé [ma is]. Le tréma sépare donc deux voyelles dans ce qui semble, dans la langue française, le phénomène le plus proche d’une diphtongue. Voici quelques mots ou noms usuels contenant un tréma :

  • les Caraïbes
  • Moïse
  • Noël
  • Isaïe
  • une coïncidence
  • naïf
  • archaïque
  • Gaël [ga ɛl]
  • Ismaël [i sma ɛl]
  • Nathanaël [na ta na ɛl]

C’est sur la seconde voyelle que se place le tréma. Mais dans ambiguë, le tréma est pacé sur un e muet : [ɑ̃ bi gy]. Autres exemples pour distinguer [g] de [gy] :

  • aiguë [e gy]
  • ambiguë [ɑ̃ bi gy]
  • ciguë [si gy]
  • contiguë [kɔ̃ ti gy]
  • exiguë [ɛg zi gy]

Un décret officiel de modernisation de l’orthographe, paru dans les années 90, propose de placer le trémas sur la première lettre et d'écrire aigüe, contigüe, etc. Mais les résistances sont nombreuses ! En fait, les Français donnent l’impression d’être si attachés à leur langue, modèle (paraît-il !) de clarté, qu’ils préfèrent ne rien changer aux nombreuses contradictions et exceptions. Ce site milite en faveur d’une ortghographe modernisée.

Précédent Suivant