LES CONSONNES

Objectifs d’apprentissage
Dans cette partie, vous allez :

  • comprendre comment les consonnes françaises sont articulées ;
  • comparer les consonnes anglaises et françaises ;
  • vous entraîner à prononcer le r parisien.

Fiche de projet 10 - Objectifs de réalisation

Consultez votre syllabus pour connaître la date de remise de ce travail

  • Fiche de travail 10 : en ligne
  • transcrire un discours authentique.

48. Caractéristiques des consonnes

Les consonnes, rappelons-le, sont des phonèmes qui, pour être réalisés, doivent rencontrer un obstacle au moment de leur articulation. Cet obstacle peut-être total ou partiel. Il existe quatre familles de consonnes : les occlusives, les fricatives, les liquides et les nasales. Seules les occlusives ont besoin d’un obstacle total (et d’un relâchement brutal de cet obstacle) pour être réalisées. Les autres produisent un obstacle partiel.

Les occlusives
L’air est bloqué puis relâché brusquement, comme dans les [p] de papa ou les [t] de tata, ou le [k] de coucou et le [g] de gogo. Ces consonnes sont dites « occlusives » ou « explosives ». « Occlusives » en raison de l’obstacle qui se forme au moment où l’air des poumons se rapproche de la sortie de la bouche, et « explosives » pour caractériser le moment où l’air est brusquement relâché à l’extérieur de la bouche. En anglais, elles sont appelées plosives ou stop consonnants.

Le français possède six occlusives réparties en trois paires:

 

Bilabiales

Dentales

Vélaires

Sourde

[p]

[t]

[k]

Sonore

[b]

[d]

[g]

Le premier élément de la paire est sourd (pas de vibration des cordes vocales) et le second est sonore (vibration des cordes vocales).

Les termes bilabiales et dentales indiquent la position du point d’articulation : au niveau des lèvres et au niveau des dents. La paire [k] et [g] est dite vélaire car le dos de la langue vient se placer contre le vélum, ou palais mou, situé à l’arrière du palais. Les deux premières paires sont donc antérieures, et la troisième postérieure.

ACTIVITÉ 48.1
Sourde ou sonore ? Pour vous assurer de votre réponse, placer deux doigts sur la pomme d'Adam, au niveau des cordes vocales.

  • tata
  • papa
  • baba
  • dada
  • gaga
  • coco

ACTIVITÉ 48.2
Antérieure ou postérieure ? Sans consulter le tableau ci-dessus, précisez le lieu d’articulation des consonnes prononcées dans les mots suivants :

  • quoi
  • toi
  • doigt
  • moi
  • bois

Les fricatives
Si l’obstacle est partiel, l’air rencontre une résistance mais cette résistance n’est pas totale, comme dans fifi ou sisi. Ces consonnes sont dites « fricatives » car l’articulation provoque une friction de l’air contre le point d’articulation.

Le français possède huit fractives réparties en quatres paires avec, comme pour les occulives, une distinction entre sourdes et sonores :

 

Labiodentales

Alvéolaires

Palatales

Uvulaire

Sourde

[f]

[s]

[ʃ]

([ʁ])

Sonore

[v]

[z]

[ʒ]

([ʁ])

Les termes labiodentale, alvéolaire et palatale désignent le point d’articulation de ces sons :

  • labiodentales : les dents supérieures touchent la lèvre inférieure ;
  • alvéolaires : la langue touche la zone située juste derrière les dents supérieures ;
  • palatales : la langue se rapproche du palais.

Un son uvulaire est prononcé au fond de la bouche, avec la langue et la luette. [ʁ] est une fricative, mais nous l’étudierons comme une consonne liquide.

On remarque que si les occlusives sont en majorité antérieures, les fricatives sont en majorité postérieures. Cette différence peut s’expliquer en partie pour des raisons anatomiques : les lèvres et les dents forment des obstacles complets qui sont efficaces au passage de l’air, alors que la langue permet davantage de servir comme obstacle partiel.

ACTIVITÉ 48.3
Occlusive (O) ou fricative (F) ? Sans regarder le tableau, précisez la nature des consonnes prononcées dans ces mots.

1.____ 2.____ 3.____ 4.____ 5.____ 6.____ 7.____

Les nasales
Les consonnes nasales sont des consonnes qui, comme les voyelles nasales, laissent passer un peu d’air par le nez au moment de leur articulation. Elles sont au nombre de quatre :

 

Bilabiale

Dentale

Palatale

Vélaire

Sonores

[m]

[n]

[ɲ]

[ŋ]

Rappel : le son [ɲ] est celui que l’on trouve dans les mots champagne, vigne, magnétique, enseignement. Le son [ŋ] est le son que l’on trouve dans les mots en –ing comme parking, cocooning. Ce dernier son n’est utilisé que pour des mots anglais en –ing entrés dans le vocabulaire français, ainsi que les rares syllabes en –ong, comme ping-pong.

ACTIVITÉ 48.4
Quelle consonne nasale entendez-vous ?

 

[m]

[n]

[ɲ]

[ŋ]

1

 

 

 

 

2

 

 

 

 

3

 

 

 

 

4

 

 

 

 

5

 

 

 

 

6

 

 

 

 

Les liquides
En français, les consonnes liquides sont au nombre de deux : et [l] et [ʁ]. Elles sont appelées liquides en raison de leur grande capacité à se joindre à d’autres consonnes pour quelquefois former des groupes de deux, trois, voire quatre, comme dans arbre, ultra, dextérité.

 

Dentale

Uvulaire

Sonores

[l]

[ʁ]

Nous étudierons le [ʁ] plus tard.

Résumons: une consonne peut être sourde ou sonore, occlusive ou non-occlusive, et pour ces dernières, le point d’articulation dépend de la position de la langue:

 

 

<-- antériorité                                                 postériorité --> 

 

Sonorité

Bilabiales

Labio-dentale

Dentale

Alvéolaire

Palatale

Vélaire + uvulaire*

Occlusive

 

sourdes

[p]

 

[t]

 

 

[k]

sonores

[b]

 

[d]

 

 

[g]

Fricative

 

sourdes

 

[f]

 

[s]

[ʃ]

([ʁ])*

sonores

 

[v]

 

[z]

[ʒ]

([ʁ])*

Liquide

sonores

 

 

[l]

 

 

[ʁ]*

Nasale

sonores

[m]

 

[n]

 

[ɲ]

[ŋ]

ACTIVITÉ 48.4
Prononcez les consonnes du tableau ci-dessus en fonction du lieu d’articulation (toutes les bilabiales, puis toutes les labiodentales, etc.).

  • Prononcez les paires de consonnes en vérifiant le caractère sourd ou sonore de chaque élément.
  • Quelles sont les consonnes sourdes ? Sont-elles majoritaires ou minoritaires ?
  • Si on considère qu’un son est antérieur quand il est prononcé avec les lèvres, les dents, et l’arrière des dents (alvéoles), diriez-vous que les consonnes françaises sont en majorité antérieures ou postérieures ?
  • Compte tenu de la tendance à la syllabation ouverte en français, quelle est la position la plus « naturelle » de la consonne dans une syllabe française : à l’initiale ou en position finale ?

Précédent Suivant