72. La phonétique diachronique

    La phonétique diachronique a pour but

  • d’identifier des changements dans la prononciation des mots au cours du temps ;
  • de déduire de ces régularité des règles, voire des lois, applicables à l’ensemble d’un corpus ;
  • d’utiliser ces lois pour reconstituer la prononciation de l’ensemble des documents disponibles relatifs à une époque donnée.

Ce travail est délicat car, bien entendu, il ne reste aucun enregistrement de la manière dont parlaient Vercingétorix, Jeanne d’Arc, Louis XIV, ou Napoléon Bonaparte. Les seuls documents sur lesquels il est possible de travailler sont des documents écrits.

Or l’orthographe du français n’est pas phonétique. Elle est le fruit de deux forces contradictoires : l’évolution phonologique (la manière donc les locuteurs parle le français) et son étymologie (son origine). La première force est beaucoup plus rapide et « libre » que la seconde, alors que l’écriture tend à évoluer de manière plus lente. L’évolution de l’orthographe d’un mot suivra donc, avec un temps de retard qui peut quelquefois se compter en siècles, un changement phonologique. On peut dire avec Pierre Léon que l’orthographe française constitue un frein au changement phonétique.

Comment, en suivant quelles règles et quelles modifications, passe-t-on en 1800 ans du latin vulgaire au français moderne, comme le montre les exemples suivants :

Latin Français moderne

BÉLLOS

BOVE

CAMERA

MERCEDE

VITA

bœuf [bœf]

beaux [bo]

chambre [ʃɑ̃bʁ]

merci [mɛ ʁsi]

vie [vi]

Précédent Suivant