73. Quelques évolutions phonétiques

Les règles et les modifications sont nombreuses, complexes, et ne peuvent pas être étudiées en seulement quelques chapitres. Nous allons nous limiter à la description de huit phénomènes relativement simples qui ont lieu entre le Ier et le XVIIIe siècles.

Note : le latin ne connaît pas les lettre minuscules. C’est Charlemagne (XVIIIe siècle) qui impose l’alphabet bicaméral (majuscules + minuscules).

Ier siècle après J.-C. : le h latin cesse d’être prononcé

La lettre h disparaît de la graphie, avant d’être rétablie au Moyen Âge (XIIIe siècle), pour associer la nouvelle langue à son prestigieux ancêtre.

IIe siècle : changement ou disparition des voyelles finales

Des consonnes finales disparaissent dès le IIe siècle : ROSAM devient ROSA.

Ier – Ve siècle : raccourcissement des mots latins

Si un mot français vient directement du latin, on remarque souvent la disparition d’une ou de plusieurs syllabes. BELLOS a deux syllabes, beau une seule, CAMERA à trois syllabes, chambre une seule. Pourquoi ?

Le latin a un accent lexical : la syllabe tonique et la syllabe initiale sont les plus fortes, les autres syllabes (intervocalique ou finale atone) sont plus faibles. Les syllabes les plus faibles ont tendance à disparaître. TABULA devient table, ORNAMENTUM devient ornement, BONITATEM devient bonté, VIVERE devient vivre. À chaque fois, on constate la perte d’une voyelle « faible » (TABULA, BONITATEM, VIVERE).

Dans ce cas, comment expliquer la présence, en français, de mots polysyllabiques ? La plupart des mots longs de la langue française ont été formés pendant la Renaissance, souvent à partir du latin et du grec. Ces mots sont donc encore « jeunes » et n’ont pas subi les modifications historiques du latin pendant des siècles.

Ier – Ve siècle : Apparition de nouvelles consonnes

En raison de la disparition de voyelles atones entre le Ier et le Ve siècle, deux consonnes sont mises en contact et ce contact provoque l’apparition d’une consonne « épenthétique » :

  • CAMERA > camra (disparition de la voyelle atone) > cambra > chambre
  • CINEREM > cenre (disparition de la voyelle atone) > cendre
  • ESSERE > estre (disparition de la voyelle atone) > être

Ve – VIIe siècle Palatalisation de [k] et [g] et dépalatalisation

Au Ve siècle, en position forte (au début du mot, par exemple), [k] et [g] + [a] se palatalisent puis se dépalatalisent pour obtenir les affriquées [dʒ͜͜] et [t͜ʃ].

Au VIIe siècle, simplification des affriquée en [ʒ] et [ʃ]

Ainsi, CASTELLUM devient château, CAMERA devient chambre, CANTATU devient chante, CAPU devient chef.

VIIe siècle : changement ou disparition des voyelles finales

Au VIIe siècle,

  • le a final latin se change en [ə] (ROSA > rose, PORTA > porte) ;
  • les autres voyelles (o, e, i) finales latines s’amuïssent (CANTO > chant).

Au XVIIe siècle,

  • le [ə] final s’amuït : [ro zə] > [roz]

IXe-XVIIe siècle : nasalisation, puis dénasalisation de la consonne

Au IXe siècle,

  • en position initiale, [a] devient [ɑ̃n] ou [ɑ̃m].

Entre les XIe et XIIIe siècle,

  • la nasalisation s’applique d’autres voyelle : [e] devient [ɑ̃] (PENDERE > pendre), [o] devient [ɔ̃] (BONU > bon), [i] devient [ɛ̃] et [u] devient [œ̃] (UNU > un).

Au XVIIe siècle,

  • amuïssement de la consonne nasale : [ɑ̃n] devient [ɑ̃], etc.
  • li>

XIe siècle : disparition du s devant une occlusive

Avant la fin du XIe siècle,

  • le s devant une occlusive s’amuït. Castel devient château, tempeste devient tempete, ostel devient otel. Le s est conservé dans l’orthographe mais il n’est pas prononcé.

Au XVIIIe siècle,

  • le s muet mais orthographié est remplacé par l’accent circonflexe sur la voyelle précédente : tempeste devient tempête, isle devient île, hostel devient hôtel, estre devient être.

ACTIVITÉ 73.1

Quand et pourquoi ? Identifiez les phénomènes suivants :

  • OMPUTAT > compte (nombre de syllabes)
  • CASTELLUM > château (1. [um] > rien ; 2. [k] > [ʃ] 3.[s] > rien)
  • BONU : > bon (1. [on] > [ɔ̃n] ; 2. [ɔ̃n] > [ɔ̃])
  • Précédent Suivant