67. La diérèse

La diérèse crée artificiellement une syllabe supplémentaire dans le vers. Attention, prononcé en trois syllabes dans la langue parlée [a tɑ̃ sjɔ̃] peut se prononcer en quatre syllabes dans la scansion poétique : [a tɑ̃ si ɔ̃] ou [a tɑ̃ si jɔ̃]. Attention : le terme diaresis, utilisé en prosodie anglaise, désigne un effet différent.

Va te purifier dans l’air supérieur
[va tə py ʁi fi je dɑ̃ lɛʁ sy pe ʁi jœr]

Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige
[lə vi o lɔ̃  fʁe mi kɔ   mɛ̃       kœʁ    kɔ̃ nɛ̃ fliʒ]

En se réfugiant dans l’opium immense
[ɑ̃  sə ʁe fy ʒi ɑ̃  dɑ̃     lo pi ɔ mi mɑ̃s]
           
Si, après avoir identifié les e caducs qu’il faut prononcer dans un alexandrin, et qu’il vous manque encore un pied pour obtenir un total de douze, vérifier la possibilité d’une diérèse.

ACTIVITÉ 67.1
Prononcez ces mots 1.en français standard et 2. en appliquant la diérèse. Faites la transcription phonétique de chaque version.

 

Français standard

Diérèse poétique

chien

 

 

confusion

 

 

opiniâtrement

 

 

nation

 

 

adieu

 

 

violet

 

 

La diérèse n’est pas systématiquement réalisée, même à l’intérieur d’un même vers :

Dans

Je vous dis tout cela, lecteur, pour qu’en échange
Vous me fassiez aussi quelque concession.
(Alfred de Musset)

la diérèse ne s’applique pas à fassiez [fa sje] mais elle s’applique à concession  [kɔ̃ se si jɔ̃].

Dans

Plût à Dieu, qui peut tout, que cela pût suffire

la diérèse ne s’applique pas à Dieu.

ACTIVITÉ 67.2
Appliquez la diérèse si nécessaire aux vers suivants (tous d'Alfred de Musset) pour obtenir des vers de douze pieds. Faites-en la transcription phonétique :

  • Car l’étrange, à vrai dire, était sa passion.
  • Dire qu’il n’avait peur ni de Dieu ni du diable.
  • Que mon héros de moi diffère entièrement.
  • C’est la satiété qui calcule et qui pense.

ACTIVITÉ 67.3
Effectuez la transcription phonétique des alexandrins suivants, tirés du poème « Spleen » de Charles Baudelaire, en tenant compte du e caduc et de la diérèse.

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

Précédent Suivant