19. L'accent du groupe rythmique

Télécharger la fiche d'activités du chapitre 18.

 

L'absence d'accent lexical en français provoque une égalité dans la prononciation des syllabes : chaque voyelle est prononcée de manière courte et tendue. Il existe cependant une forme d'accentuation en français. Elle se caractérise par l'allongement de la voyelle finale d'un mot (si ce mot est prononc' seul) ou d'un groupe rythmique. Ce phénomène est appelé accent oxytonique. Il s'agit du principe n°4 examiné au début de ce cours.

La phrase Vous avez l'heure, s'il vous plaît ? est composée de deux groupes rythmiques :

    [vu za ve lœʁ] , [sil vu plɛ] ?

    Selon le principe d'accentuation, la voyelle [œ] de [lœr] et la voyelle [ɛ] de [plɛ] sont prononcées plus longuement que les autres voyelles présentes dans l'énoncé.


    Contrairement aux syllabes toniques en anglais, c'est uniquement la durée de la prononciation de la syllabe finale qui augmente en français. Elle dure 3/10e de seconde au lieu d'une moyenne de 1/10e de seconde.

    Ce phénomène est très subtil et difficile à imiter. Il peut donc être contreproductif d'essayer de l'appliquer, car le risque est grand de prononcer les voyelles finales de manière trop longue, comme en anglais.

    L'allongement de la voyelle finale n'est pas non plus homogène. La durée de sa prononciation peut varier. Les auteurs de La prononciation en classe proposent les distinctions suivantes :

    Structure de la syllabe

    Durée de la voyelle

    Exemple

    Explication

    En dernière syllabe prononcée terminée par une voyelle

     

    -CV

     

    Environ 1,5 fois plus longue qu'une syllabe inaccentuée.

     

    C’est décidé !

     

    Mouvement articulatoire fort

    En dernière syllabe prononcée terminée par une consonne

     

    Consonne finale : ?, v, z, ?, ou v?.

     

    Durée très marquée.

     

    Mon amour.
    Une pause.
    Je me lève.
    En rouge.
    Du poivre

     

    La voyelle utilise toute l’énergie parce que la consonne qui suit s’articule de façon relâchée et se trouve en position faible.

     

    La voyelle est nasale et suivie par une consonne.

     

    Durée très marquée.

     

    En France

     

    Allongement très marqué nécessaire pour faire l’articulation nasale

    D'après G. Briet, V. Collige, E. Rassart. La Prononciation en classe.

    L'accent d'insistance. Un autre phénomène peut expliquer l’allongement d’une syllabe dans le groupe rythmique : l’accent d’insistance. Cet accent permet de mettre en valeur, par la longueur, la hauteur mélodique et la force de la voix, un membre du groupe. L'accent d'insistance affecte en général la première syllabe, et non la dernière. On dira :

    • Mais t’es commmmplètement fou !
    • C’est ssssensationnel !
    • Mmmmerveilleux !
    • C’est ssssuper !

    Il arrive que ces deux formes d’accent (accent initial d'insistance au début, accent rythmique à la fin) se combinent. Dans cette vidéo, qui reprend de très beaux buts de football (pour les amateurs de ce sport), partagent leur excitation par un accent d’insistance très marqué sur la dernière syllabe des groupes rythmiques.

    ACTIVIT? 19.1
    Écoutez cet enregistrement, tiré d’un entretien avec Dalil Boubakeur, ancien recteur de la Grande Mosquée de Paris (émission à voix nue, France culture, diffusion le 9 mai 2014) :

    À partir de la transcription de cet extrait, 1. indiquez la limite des mots phonétiques avec le trait vertical | puis 2. soulignez les voyelles allongées que vous percevez à la fin de chaque groupe rythmique.

    oui au fond de mon cœur comme beaucoup de musulmans d'ailleurs ou de jeunes la religion tient une place de choix dans nos rites dans notre vie habituelle la religion est très souvent présente tous les mots sont émaillés de formules religieuses et la religion je ne parle pas de l'âge théologique mais reste pour nous une réalité concrète

    C'est bon à savoir : euh

    Dans nos conversations quotidiennes, identifiées comme discours spontané, il est très commun d'hésiter sur un mot, de se reprendre, ou de ne pas finir ses phrases. Dans ces moments, nous employons des tics de langage (fillers en anglais) qui forment des stratégies pour gagner du temps et éviter le silence.

    Ces tics de langage ne sont pas universels. Ils dépendent en grande part de la langue utilisée. Voici quelques exemples :
    - En arabe : ya'ni (Je veux dire)
    - En allemand : zo (alors)
    - En grec : kala ( bien)

    En anglais, les tics les plus courants sont humm, y'know, like, so, basically, look et stuff like that.

    Voici quelques tics courants en français :
    - Euh
    - Eh bien
    - Quoi (surtout dans le nord de la France)
    -Tu vois ?
    - T'vois c'que j'veux dire ? (équivalent de Y'see what I mean ? )

    En résumé (18 à 19)

    La position d'une syllabe dans le mot ou dans le groupe rythmique n'influence pas sa prononciation. Contrairement à l'anglais, il n'y a pas d'accent lexical en français.

    La dernière syllabe du groupe rythmique est prononcée de façon plus longue. Ce n'est pas un accent d'intensité (comme l'accent lexical en anglais), mais un accent de longueur.

    Cette longueur n'est pas uniforme. Elle dépend de l'environnement de la syllabe.

    Il est recommandé au locuteur américain de ne pas appliquer cette règle pour éviter de prononcer des voyelles trop longues.

    Précédent Suivant